< Retour

Résumé. – La comédie d’Aristophane jouée en 411 av. J.-C., les Thesmophories, se déroule presque entièrement dans le sanctuaire sacré autour du Thesmophorion. On passe, sans transition, de la maison du poète tragique Agathon à cet espace sacré. Comment ce changement de lieu se manifestait-il sur la scène et quels sens peut-on lui donner ? Une logique rapproche‑t-elle ce premier espace, habité par Agathon, et le sanctuaire où vont se jouer les parodies d’Euripide ? Le Comique exploite-t-il ce lieu de la fiction, pour reprocher encore une fois à ce dernier sa prétendue impiété ? On doit s’interroger sur la nature du comique au sein du Thesmophorion : ce n’est sans doute pas un hasard si les effets paratragiques ont dans cette comédie une place qu’ils n’ont dans aucune autre. Quels liens peut-on finalement discerner entre ce Thesmophorion, la fête qui y est célébrée et le triomphe du genre comique ?

Abstract. – The Thesmophoriazusae, Aristophanes’ comedy that played in 411 BC, takes place almost entirely in the sacred sanctuary around Thesmophorion. It moves, practically without transition, from the home of the tragic poet Agathon to the sacred sanctuary. How and by whom should this change of place be shown on the stage and what meaning can we give to this? Is there a logical way to link the space inhabited by Agathon with the sanctuary where the parodies of Euripides take place ? Is the comic poet exploiting this fictional place as a way to once again reproach Euripides for his supposed impiety ? Finally, we can ask about the comic nature at the foundation of Thesmophorion. It is surely not an accident if the paratragic effects have a place in this comedy they don’t have in any other ones. What connections can we discern between Thesmophorion, the festival that was celebrated there, and the final triumph of the comic genre ?

Mots-clés. – Aristophane, Thesmophories, scholies, représentation, paratragédie.

Keywords. – Aristophanes, Thesmophoriazusae, scholia, representation, theater, paratragedy.

Cédric Germain, Université de Poitiers